fbpx skip to Main Content
Machin Machine⎮La Fripe Sans Prénom⎮Marseille

Machin Machine⎮La Fripe sans prénom⎮Marseille

Machin Machine⎮Chez Machin, Machine, peu importe le prénom tant que c’est de l’occasion !

On débarque à Marseille ! Aïe, quel plaisir de mettre les pieds pour la première fois dans cette haute ville de culture urbaine. La sape seconde main, ici, c’est dans les gènes !

C’était un bonheur de découvrir le paysage fripé de cette ville multiculturelle, aussi chaleureuse qu’ensoleillée, les marseillais.es sont chanceux.ses d’avoir accès à une offre large et variée. Parcoure toutes les boutiques de Marseille sur notre pagetu trouveras bien des boutiques et bien des univers atypiques. Tous ces lieux sont rapprochés par une cause commune, la promotion de la mode d’occasion oui, et aussi la volonté de donner de la singularité et de l’originalité à chaque tenue de chaque citadin. C’est ça une ville stylée, c’est ça Marseille !

Pour jeter un coup d’oeil aux autres villes française, il vous suffit d’aller sur notre carte de référencement.

Machine Machine, est une petite dernière dans la grande famille de la seconde main à Marseille ! Voilà une boutique bien sympathique qui complète une offre large et variée, mais jamais suffisante (on en veut toujours plus). C’est d’ailleurs ce qui a poussé Djamila et Christophe, les gérants de la boutique, à ouvrir ce nouveau lieu. Fraichement débarqués à Marseille, amoureux de la chine et de la seconde main, il semblait leur manquer quelque chose : une fripe au style éclectique permettant de s’habiller de manière originale, moderne et responsable à petits prix.

Mais d’ailleurs, pourquoi Machin Machine ?

Djamila : “On a réfléchit longtemps, posé pleins de noms, hommes femmes, amour de la chine, machin machine ! Ici on ne se prend pas au sérieux, on veut vous rencontrer, échanger avec vous sur la mode, la seconde main et d’autres. On aime l’ambiance convivial, chaleureuse, décontracté. C’est important de prendre le temps d’essayer les vêtements avant de les acheter, pour être sûr qu’ils nous iront. C’est ça le plaisir de s’habiller en boutique dans notre boutique”

Dans ce lieu de la seconde main marseillaise, il y a presque autant de styles que de clients. Chaque personne peut créer ses associations et obtenir une tenue singulière, personnalisée, sous les conseils avisés de Djamila et Christophe.

La fripe, le style, c’est une attitude, pour ça il faut porter les vêtements, les essayer. Ici on ne force pas à la vente, si ça va pas, ça ne va pas ! L’idée c’est de porter et faire vivre les vêtements. 

S’habiller chez Machin Machine c’est se créer un look moderne, original et responsable.

Machin Machine c’est deux associés, Djamila et Christophe :

C’est une nouvelle aventure qui commence pour ces deux jeunes cinquantenaires, marseillais d’adoption. Ils voient cette ville comme prospère et en pleine mutation. Riche de sa culture urbaine, cosmopolite et ouverte sur le monde (aussi la mer et le soleil), c’est la ville pour ce nouveau projet. Ne trouvant pas de friperie correspondant parfaitement à leur image de la mode seconde main, ils ont fait simple, ils l’ont créée !

Alors, Marseille ?

Djamila : “Pour nous c’est parfait, on sent cette ville en plein essor, c’est comme si les opportunités étaient illimitées.”

Des vêtements pour tout le monde et tous les goûts

Machin Machine ne veut pas avoir de style particulier. La boutique ne pose pas d’autres filtres que ceux garants d’une qualité irréprochable. Les vêtements sont également lavés et repassés. En passant devant la boutique, on pourrait s’y méprendre, heureusement la devanture revendique l’appartenance !

La liberté de s’habiller et de créer des styles originaux

Djamila : Je ne supporte pas que l’on me dicte comment m’habiller ! Déjà toute petite, je portais des vêtements d’occasion. Ma mère travaillait dans des associations et me ramenait les vêtements à son goût qu’elle récupérait, tous plutôt originaux. Dans la cour d’école les marques commençaient à s’imposer, cela ne m’a jamais intéressé, c’est comme si je comprenais déjà ce qui se tramait derrière.”

La fripe c’est une sorte de jeu, une façon de chercher et trouver des pièces intéressantes. Le résultat est que l’on s’implique et se démarque.

Être original.e, 100% seconde main

Cette expérience de gérant de friperie est très riche, on apprend beaucoup au contact des clients, selon Djamila. Elle observe chaque jour que les gens s’influencent les un les autres grâce à différentes formes de partage. La mode évolue, notamment chez les plus jeunes qui veulent marquer leur décalage avec la société actuelle, notamment sur le non genre, l’unisexe qui est recherché par les clients et proposé en boutique.

Savais-tu que les boutons sont montés à l’inverse sur les pantalons, et les chemises en fonction du genre du vêtement ?

On peut également trouver quelques articles neufs, issus de destockage.

Tu l’as compris, Machin Machine se régale à vous faire plaisir avec ses sapes de seconde main à la façon de Marseille !


Toutes les infos sur la friperie Machin Machine ici !

Gif de fin ! Par Djamila et Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top